Phobies, Peurs

phobies
<Ce dont j’ai le plus peur, c’est la peur> Michel de Montaigne

Il y a une différence entre peur et phobie. La peur est le fonctionnement normal de l’amygdale   C’est un mécanisme naturel qui a pour fonction de nous protéger du danger. Ce fonctionnement qui est ancré dans notre instinct de survie à tendance à déclencher ces réactions sur ce qui peut paraitre dangereux pour nous. Cependant ces peurs sont d’un ordre different et on peut en citer quelques exemples:

-Peur de l’abandon

-Peur du rejet

-Peur de manquer

-Peur du vide

-Peur de ne pas pouvoir s’échapper

-Peur de l’échec

Ce ne sont que des exemples parmi d’autres que j’aurais pu citer.

Il faut briser le mythe selon lequel un être humain pourrait vivre sans peur, ce qui ferait de lui un automate et non plus un être vivant. Et pourtant comme pour nos autres réactions psychophysiologiques, lorsque la peur dépasse un certain seuil, elle nous bloque et nous rend incapables de réagir de façon adapté aux événements. Ainsi donc, la différence entre la peur comme émotion naturelle utile et la peur comme réaction pathologique réside dans le fait que la première augmente notre capacité à gérer notre réalité alors que la seconde, au contraire, limite et peut aller jusqu’a bloquer cette capacité, nous enchaînant au coeur de la prison de la panique.

Lors d’une crise de panique due à la présence de l’élément ciblé par la phobie, l’amygdale attribue un risque de mort imminente à cette situation et entraine donc un état de peur extrême.

Il existe des formes pathologiques qui empêchent de vivre uniquement dans des situations bien précisesles monophonies, telles que la peur des serpents, la peur de l’eau, la peur des lieux clos, la peur de prendre l’avion, etc. Et d’autres qui bloquent totalement un individu et l’empêchent de vivre la grande majorité des expériences – c’est le cas du syndrome d’attaque de panique, des troubles obsessionnels compulsifs, de l’agoraphobie et des fixations hypocondriaques.

Lorsqu’une personne commence à limiter son expérience sur la base de la peur, celle- ci tend à prendre de l’ampleur et à limiter toujours plus son expérience sur la base de la peur, celle-ci tend à prendre de l’ampleur et à limiter toujours plus les expériences jusqu’a devenir une phobie généralisé aussi extensive qu’incontrôlable.

L’hypnose va chercher à changer la perception des situations, va faire évoluer, transformer le ressenti émotionnel. Elle va s’attacher à remonter aux origines de la mise en place de ce mécanisme de défense visant à subvenir à un besoin fondamental pour le modifier.